Centre Ouest Bretagne, maintenir et valoriser les emplois

Territoire central en Bretagne, à cheval sur trois départements, le Finistère, les Côtes d’Armor et le Morbihan, le Centre Ouest Bretagne est un territoire en profonde mutation dans lequel le développement économique joue un rôle majeur. Si l’objectif premier est le maintien des emplois sur le territoire, les filières agroalimentaires, bois et construction sont dans le trio de tête des secteurs qui recrutent. 

emploi-cadre-bretagne-1

Les 120.000 habitants du Centre Ouest Bretagne vivent au sein de 98 communes rurales, de Brasparts à Saint-Nicolas-du-Pelem en passant par Callac, Huelgoat et jusqu’au Faouët. La capitale, ville centrale du Centre Ouest Bretagne, Carhaix-Plouguer, n’excède pas 7.500 habitants. Si le territoire a vu sa population déserter depuis le milieu des années 60, perdant près de 30.000 habitants en 30 ans, la croissance démographique repart légèrement à la hausse. Pour autant, vivre et travailler dans le Centre Ouest Bretagne n’est pas forcément chose facile. Faut-il avoir les compétences en adéquation avec les besoins très spécifiques du territoire. « L’objectif aujourd’hui est de maintenir les emplois sur le territoire, de donner du travail à nos jeunes et de permettre de valoriser  ces emplois par de l’importation de technicité », explique Daniel Caillarec, président du pays COB, institution intercommunautaire.

Des emplois peu qualifiés et de très petites entreprises

En effet, les emplois sont aujourd’hui peu qualifiés sur le territoire centre breton. L’activité économique du Centre Ouest Bretagne se répartit à 31 % dans l’agriculture, 6 % l’industrie, 8,6 % la construction et 29 % les services, commerces, transports et hôpitaux. Parmi les plus de 15 ans, résidents sur le territoire, 40 % sont des retraités, 15 % des ouvriers, 12 % des personnes sont sans activités, 12 % sont des employés, 9 % des professions intermédiaires, 5 % des agriculteurs, 4 % des artisans, commerçants et chefs d’entreprises et seulement 3 % des cadres. Si ce tissu de compétences est très particulier, il faut également prendre en compte que 72 % des 9.922 entreprises du territoire ne comptent aucun salarié. 24 % en comptent de 1 à 9 et seulement 4 % plus de 10 salariés. Mais ce tissu de très petites entreprises a besoin de maintenir ses emplois et de développer les compétences pour assurer leur pérennité.

Soutien de la filière bois

C’est là qu’intervient le pays COB, agence d’accompagnement et de soutien de l’activité économique locale qui vient de recruter une nouvelle chargée de mission en appui aux entreprises. Depuis le mois de mars, Diana Antibe doit « identifier les besoins présents et futurs des entreprises et déterminer ainsi les accompagnements adéquats », explique-t-elle. Le pays COB travaille actuellement à soutenir plusieurs filières, dont la filière bois. « C’est une ressource naturelle sur notre territoire qu’il nous faut valoriser », commente Daniel Caillarec. « Les projets émergent autour de ce bois de palette et de chauffage grâce à une mise en relation des différents partenaires : forestiers, scieurs, industriels… » La mission aboutit déjà à la construction d’une première usine de fabrication de pellets en 2016 à Rostrenen. Montant de l’investissement ? 8 millions d’euros. La nouvelle usine doit permettre la création de 15 emplois directs et d’une quarantaine d’emplois indirects.

Ardoise et construction, des filières à accompagner

La filière ardoise, historique sur le territoire avec un fort gisement de ressources à Maël-Carhaix, doit également reprendre vie grâce à une société espagnole. Le leader européen du marché de l’ardoise s’intéresse de près à l’ancienne usine. « Le problème, c’est qu’il y a un important besoin en études et en investissement. Aujourd’hui, les Espagnols ne cernent pas très bien la rentabilité du projet », commente Daniel Caillarec, qui aimerait bien voir l’usine de Maël-Carhaix retrouver ses anciennes heures de gloire.

La construction doit également rester un moteur du développement du territoire. « La rénovation des centres bourgs est un gros chantier à venir dans les 10 ou 20 ans qui viennent », indique Daniel Caillarec. « Toutes les politiques se tournent aujourd’hui vers cet enjeu ». En effet, la construction neuve sur des terres agricoles a vécu, aujourd’hui les politiques locales réorientent les projets d’habitat dans les bourgs. « Cela doit aussi aider la filière du bâtiment à se relever », note le président du pays COB. Et de se diriger vers un axe aux compétences plus qualifiantes : la bioconstruction.

L’agroalimentaire en expansion

Terre agricole et agroalimentaire s’il en est, le Centre Ouest Bretagne doit également l’essentiel de son activité économique à ces deux filières complémentaires. La ressource en matière première attire ainsi l’installation des industries agroalimentaire à proximité. « Des industries de première transformation avec malheureusement peu de produits à valeurs ajoutées », regrette Daniel Caillarec. Mais le territoire attire des industries du monde entier. Comme les Chinois, nouveaux investisseurs du Centre Bretagne. Ainsi, pour son ouverture début 2016, l’entreprise chinoise Synutra, spécialisée dans la nutrition infantile, qui installe à Carhaix une usine dédiée à la fabrication de lait en poudre pour l’export, a déjà commencé son recrutement. 50 personnes d’abord ce printemps puis 170 postes seront créés à la production, l’administration et le management. La production sera emboitée et expédiée à partir d’une nouvelle unité construite à côté de ce qui sera la plus grande usine de lait infantile au monde. L’investissement de 100 millions d’euros pour la réalisation de cette usine doit également mobiliser jusqu’à 400 ouvriers du bâtiment durant plus de 18 mois de travaux. De nouveaux projets sont également en train d’émerger autour de cette première usine, comme un laboratoire d’analyses qui devrait suivre l’ouverture de l’usine courant 2016. Ce laboratoire doit permettre la création de nouveaux emplois davantage qualifiés. Un tel projet industriel dans son ensemble emmène dans son sillage tout un pan de l’économie centre bretonne : producteurs de lait, ingénieurs dans l’agroalimentaire, filières du bâtiment, logistique et transports… Ce sont donc de nouveaux emplois dans ces secteurs qui sont à pourvoir à moyen et long terme en Centre Ouest Bretagne.

Sources 

Centre Ouest Bretagne

Calameo

Le télégramme: Synutra, chantier titanesque à Carhaix

 

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>