Les réseaux sociaux, nouveau levier à l’embauche

Les profils professionnels sur les réseaux sociaux tels que Linkedin et Viadeo se sont profondément démocratisés ces dernières années. Pour preuve, un candidat sur trois utilise désormais les réseaux sociaux pour trouver un emploi, selon l’Insee. Si les entreprises les utilisent aussi pour diffuser leurs offres, il n’en reste pas moins que les réseaux sociaux ne sont pas l’unique moyen de parvenir à l’embauche.

social-network
Facebook, Twitter, Linkedin, Viadeo, Google +, Youtube… Les médias sociaux, que ce soit les réseaux sociaux, les blogs, les sites web et de partages de contenus, sont de plus en plus nombreux sur la toile. S’ils étaient à leur lancement un outil de connexion amusant, de mise en relation des uns et des autres, un moyen de garder le contact, de partager des photos, des vidéos ou des informations, ils sont également devenus au fil des années un outil au service du recrutement. Un levier à l’embauche dont les candidats et les entreprises apprennent encore à se servir. D’après une étude de l’APEC, en 2014, 28 % des recruteurs (+ 6 % en un an) ont utilisé les réseaux sociaux pour rechercher directement des candidats potentiels aux postes à pourvoir.

Faire évoluer les mentalités

« En Bretagne, l’utilisation des réseaux sociaux pour le recrutement n’est pas optimale », observe Jean-Baptiste Veron, responsable commercial chez Figaro Classifieds à Rennes et spécialiste des jobboards, ces CVthèques en ligne. « Les industries notamment agroalimentaires présentes en Bretagne sont construites selon un modèle traditionnel. Il n’est pas encore facile de faire évoluer les mentalités vers ces nouveaux outils d’aide au recrutement. Mais cela progresse, cela évolue. » Les freins ? « Le manque de temps de la part des équipes ressources humaines qui ne sont pas suffisamment étoffées pour leur permettre de se lancer sur les réseaux sociaux ».

1 candidat sur 3 utilise les réseaux sociaux

Côté candidat, il apparaît aujourd’hui normal d’avoir son CV en ligne sur un ou plusieurs réseaux sociaux et de multiplier sa présence sur les jobboards tels que Cadreemploi, Region Job ou Monster. Qu’ils soient en poste, en veille ou en recherche active, les cadres sont les plus présents sur les réseaux sociaux. D’ailleurs, un candidat sur trois utilise les réseaux sociaux pour trouver un emploi d’après l’Insee. « Les réseaux sociaux tels que Linkedin et Viadeo se sont transformés en sites d’offres d’emploi avec des propositions dédiées aux recrutements pour les entreprises », reconnaît Jean-Baptiste Veron. « Aujourd’hui, tout est partageable, transférable, tout le monde communique via ces réseaux sociaux professionnels qui ne sont rien d’autre qu’un Facebook pour les pros ».

Réseaux sociaux et réseaux professionnels

Pourtant, la pertinence des réseaux sociaux à l’embauche reste faible. Seulement 3 % des candidats embauchés en 2014 l’ont été grâce à une prise de contact via les réseaux sociaux, selon la même enquête de l’APEC. Un taux en progression tout de même car il était de 2 % entre 2010 et 2013 et 1 % entre 2008 et 2009. Cette proportion grimpe jusqu’à 8 % pour les entreprises informatiques. La diffusion d’une offre reste le moyen principal de recrutement et le réseau y contribue également fortement. « Mais pas le réseau virtuel, le vrai réseau, celui de ses connaissances, amis, collègues, qui permettent de donner des références supplémentaires au candidat », relève Jean-Baptiste Veron. D’ailleurs, Linkedin et Viadeo servent également à cela : garder le contact avec son réseau professionnel pour améliorer son référencement.

Jeunes et diplômés

D’une manière générale, les candidats utilisent les médias sociaux afin de gagner en visibilité. Les premiers utilisateurs des réseaux sociaux pour la recherche d’un emploi sont les jeunes, d’après l’Insee. A 35 % ils sont âgés de 20 à 24 ans, le taux grimpe à 45 % dès lors que les utilisateurs sont titulaires d’au moins une licence. Majoritairement, les réseaux sociaux sont d’abord utilisés par les cadres (37 %). En fort développement ces dernières années, les réseaux sociaux professionnels intéressaient 8 % des actifs de plus de 20 ans en 2011, et 11 % en 2013. Un secteur profite pleinement de ce levier : les entreprises de services numériques, anciennement appelés les SSII. « Les réseaux sociaux fonctionnent très bien pour l’embauche de développeurs informatiques », remarque Jean-Baptiste Veron. D’après l’étude de l’APEC, 76 % des recruteurs d’entreprises informatiques les utilisent pour trouver des candidats potentiels. « Ces derniers ont même leur site d’offres d’emploi dédié : Choose your boss, où 52 000 candidats y ont déposé leur CV ».

2 entreprises sur 10 sur les réseaux sociaux

Côté entreprise, les sites de réseaux sociaux constituent 20 % des moyens apportant les candidatures les plus pertinentes lors d’une offre d’emploi. Le même taux que les candidatures spontanées. Malgré tout, les réseaux sociaux sont encore à promouvoir. Si deux entreprises sur trois d’au moins dix salariés possèdent leur site internet ou leur page d’accueil web, elles ne sont que 20 % à posséder un profil sur au moins un réseau social. Contre 30 % au niveau européen. Pourtant, la stratégie est multiple. Les réseaux sociaux permettent de valoriser l’image de l’entreprise vis-à-vis de ses clients, partenaires, fournisseurs, de gagner en notoriété, de commercialiser ses produits et lancer des campagnes de communication, et également de permettre un échange avec ses clients ou ses consommateurs. Parmi ces entreprises connectées, 38 % affirment utiliser les réseaux sociaux pour recruter. Un moyen de diffuser les offres d’emploi, de rechercher des candidats, de vérifier leurs parcours et de prendre contact. D’ailleurs, les entreprises dont l’appétence à ce type de moyen de recrutement est la plus forte sont les entreprises qui sont déjà très présentes sur internet, comme celles des secteurs de l’information et de la communication, à 32 %. A l’inverse, les secteurs industriels, de la construction et des transports s’intéressent peu à cette méthode de recrutement (seulement 3 %).

L’identité numérique passée au crible

Trop souvent encore, ce sont les entreprises de plus de 250 salariés qui sont les plus investies sur les réseaux sociaux. Le recrutement via les réseaux sociaux y est le plus monnaie courante, avec 24 % d’entreprises concernées. Qualifiée de trop chronophage, cette pratique ne touche donc que 5 % des entreprises de 10 à 19 salariés.
En 2014, d’après une enquête réalisée par Région Job, 48 % des recruteurs, soit presque un recruteur sur deux, avouait se renseigner sur un candidat en tapant ses noms et prénoms sur Google. Une pratique aujourd’hui très courante. Selon l’APEC, 43 % des recruteurs confirment consulter les réseaux sociaux pour compléter les informations mentionnées dans le CV. Une proportion qui a grimpé de 11 % en un an. Désormais, c’est sûr, l’identité numérique est passée au crible par les recruteurs. Passé le stade de l’envoi du CV par courrier, les réseaux sociaux constituent bien un second filtre pour les recruteurs en recherche de nouveaux collaborateurs.

Sources :

Etude de l’APEC 2015 : Sourcing cadres, comment les entreprises recrutent leurs cadres
INSEE
L’EXPRESS – Une candidat sur trois utilise les réseaux sociaux pour trouver un emploi
LE FIGARO – Un tiers des chômeurs comptent sur les réseaux sociaux pour trouver un job
LE FIGARO – Les réseaux sociaux montent en puissance dans le recrutement des cadres
LE FIGARO – Les réseaux sociaux deuxième filtre pour les recruteurs

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>