RégionsJob, la pépite bretonne devenue leader du recrutement en ligne

Véritable success story dans le paysage économique breton, RégionsJob est la référence du recrutement en ligne. Chaque jour en France, ce ne sont pas moins de 600 personnes qui trouvent un emploi grâce à RégionsJob. Le site vient même de franchir la barre du millionième candidat placé en entreprise. Cette réussite, RégionsJob la doit à l’innovation permanente d’une équipe soudée et motivée, à Rennes, autour des valeurs portées par Jérôme Armbruster, le co-fondateur et P-dg.


regions-job-bretagne

Installé dans les cinquième, sixième et septième étages de Neway Mabilais, depuis janvier 2014, les locaux de RégionsJob surplombent la ville de Rennes. La terrasse panoramique au septième niveau offre une vue imprenable sur le quartier de la Courrouze et la cathédrale. A seulement cinq minutes de la place Sainte-Anne, le site sera desservi par une station de métro dans deux ans. Ces anciens locaux de France Telecom étaient à l’abandon depuis 2008. Aujourd’hui, le Neway Mabilais a retrouvé ses lettres de noblesses en accueillant un fleuron de l’économie digitale. « C’est ici qu’est né le Minitel », s’amuse David Beaurepaire, directeur développement et stratégie de RégionsJob. « Ce bâtiment a vocation à devenir le totem du digital à Rennes. La French Tech vient également d’intégrer les lieux et des start-up vont pouvoir bénéficier d’espaces de travail commun ». Construit en 1970 et dessiné par Louis Arrètche, le Mabilais dispose de 16.000 m2 de bureaux. RégionsJob en occupe 2.000 m2.

Une approche technique en constante évolution

Sur les 166 collaborateurs de l’entreprise, 110 sont basés à Rennes, dans ces locaux modernisés, décloisonnés, et totalement adaptés à leurs métiers. Aux départements technique, commercial, communication, éditorial et à la direction. Au sixième étage, l’équipe de développeurs, chefs de projet, architectes informatiques, intégrateurs et designers web est constituée d’une quarantaine de personnes. Il n’en faut pas moins pour suivre l’évolution technologique et comportementale liée au marché de l’emploi en ligne. Et surtout être en mode recherche et développement permanent. « L’application mobile et le site internet accueillent deux millions de visiteurs chaque mois », intervient David Beaurepaire. « En 15 ans, notre métier a changé. Auparavant, il suffisait de poster une offre d’emploi et d’attendre que le candidat y réponde. Aujourd’hui, nous poussons les offres aux bons candidats. Nous avons une base de données de 3,5 millions de profils. Il ne suffit pas pour autant de savoir qui ils sont pour leur envoyer les offres d’emploi, mais aussi de savoir ce qu’ils souhaitent faire et où ils souhaitent vivre. » Des données qui entrent dans l’algorithme permettant à RégionsJob d’être toujours plus efficace en matière de mise en relations d’entreprises et de candidats. « Il faut savoir que les deux tiers de notre audience sont des gens qui sont déjà en poste et qui réfléchissent à leur mobilité pour faire évoluer leur carrière », précise David Beaurepaire.

Un public de plus en plus nomade

« 35 % de notre audience est mobile », note David Beaurepaire. « L’acte de candidature directement via le smartphone commence à frémir. Pas pour les cadres, mais pour les professions intermédiaires. De leurs côtés, les jeunes diplômés ont un usage du mobile évident. C’est pourquoi nos équipes travaillent sans cesse pour améliorer la technique et le back office de nos applications. » Alors, pour aller encore plus vite, l’équipe technique travaille désormais avec agilité. Objectif : réduire le temps de mise en production des projets. « Nous avons voulu trouver une méthode pour rendre plus souple et plus agile nos modes de développement et permettre des phases plus courtes. Plusieurs membres de l’équipe technique sont devenus des chefs de mêlées afin d’animer ces phases de développement techniques ». Ici, il n’y a pas d’organisation hiérarchique et chacun apporte sa pierre au projet. A l’aide de post-it affichés sur des to-do-list, tout le monde peut prendre connaissance de l’avancée des travaux et de ce qu’il reste à faire. Même Jérôme Armbruster, le dirigeant-fondateur, lorsqu’il rend visite au pôle technique.

regionjob-emploi-bretagne

Des managers accessibles

Agé de 45 ans, également membre du directoire de la French Tech à Rennes, Jérôme Armbruster n’aime pas qu’on le qualifie de « dirigeant ». Il refuse le vouvoiement et tient avant tout à ce que ses équipes trouvent du plaisir dans leur travail. Des collaborateurs qui ont 34 ans d’âge moyen, sont présents dans l’entreprise depuis cinq ans en moyenne et sont des femmes à 57 %. « Il n’y a pas vraiment de place pour la baronnie ici », commente David Beaurepaire. « Nous prenons soin de comprendre et d’intégrer les fameuses générations Y et Z. Avec des managers accessibles ». D’ailleurs, Jérôme Armbruster est le N+2 de l’ensemble des collaborateurs. « Je ne veux pas qu’il y ait plus d’une personne entre mes collaborateurs et moi », assure-t-il. Un moyen de faire passer l’information plus rapidement et plus efficacement. L’information, d’ailleurs, est le leitmotiv de son management interne.

« Je veux que l’ensemble des collaborateurs sache

exactement ce qui se passe dans l’entreprise » 

Jérôme Armbruster, P-dg de Régions Job

Information descendante et montante

L’information et la communication sont les deux piliers du management de Jérôme Armbruster. « Je veux que l’ensemble des collaborateurs sache ce qui se passe dans l’entreprise », indique-t-il. « Je pars du principe que chacun détient également une information, une connaissance, qui peut intéresser tout le monde ». C’est pour cela qu’ont été mis en place les Friday Web. Deux sessions d’une heure, chaque vendredi matin, portent sur l’information de la direction, la stratégie, les objectifs, le bilan, le choix des investissements et même l’arrêté des comptes de la société. Jérôme Armbruster ne cache rien. Durant cette matinée, un collaborateur intervient également sur la thématique de son choix devant 10 à 12 personnes. « Des mini conférences qui permettent aux uns et aux autres de transmettre leurs connaissances et d’aiguiser la curiosité de leurs collègues », souligne le dirigeant.

Questions ouvertes au « boss »

Mais ce n’est pas tout. RégionsJob possède déjà son propre réseau social depuis deux ans. Une sorte de Facebook adapté où chacun prend la parole en partageant des informations de veille sur leurs métiers, des projets ou les résultats des différents départements de l’entreprise. « Je n’envoie plus de mails, je ne communique plus que par ce biais à l’ensemble des équipes », indique Jérôme Armbruster. Au lieu d’être seul face à sa communication, le dirigeant reçoit alors des « likes » ou des commentaires, qui lui permettent de comprendre que l’information est bien passée. Et même appréciée. Un nouvel outil de communication interne est également en train de voir le jour. Il s’agit pour l’ensemble des salariés de proposer des questions sur un outil, de manière anonyme. Les autres votent pour les questions les plus pertinentes. « Je prends alors les cinq questions qui ont reçu le plus de votes et y répond en public », explique Jérôme Armbruster. Un exercice sans langue de bois qui responsabilise l’ensemble des collaborateurs et la direction. « Notre volonté est d’avoir des outils qui soient vraiment efficaces », assure le P-dg conscient de devoir proposer un terreau fertile à l’épanouissement de ses collaborateurs. « Nos métiers évoluent beaucoup. Nous cherchons à faire en sorte que nos collaborateurs puissent se projeter dans l’entreprise, ou même en dehors s’ils le souhaitent ». C’est tout l’intérêt de la French Tech à Rennes : « Créer une relation directe des entreprises du digital et un gisement permettant d’attirer les compétences à Rennes », précise le dirigeant. « L’idée est de dire à nos futures recrues que si elles veulent travailler à Rennes, il y aussi d’autres entreprises que RégionsJob. Nous voulons créer un vivier de compétences », insiste Jérôme Armbruster. « Ici, à Rennes, il est tout à fait possible de trouver une équilibre entre vie privée et vie professionnelle. »

Jérôme Armbruster, P-dg de RégionsJob :

« Le marché de l’emploi repart à la hausse »

« Avec 20 % d’offres d’emplois supplémentaires proposées par les entreprises françaises au second semestre 2015, par rapport à la même période en 2014, les perspectives du marché de l’emploi retrouvent un certain optimisme. D’habitude, la croissance n’est que de plus ou moins 5 %. La première semaine de janvier 2016, nous avons même enregistré un nombre record de 9.000 offres d’emploi postées alors qu’il n’y en a que 6.000 d’habitude. Je pense que les entreprises arrêtent d’attendre indéfiniment un retour de la croissance économique. Elles ont réellement des besoins de recrutement parce que les commandes repartent à la hausse. Jusqu’ici, elles étaient un peu résignées. Les deux tiers des entreprises ne prenaient pas de risques. La crise économique était devenue une normalité. Certaines entreprises ont laissé partir des collaborateurs sans les remplacer, sans recruter. Dans cette logique, à terme, certaines entreprises seraient obligées de fermer boutique. Ce n’est donc plus possible alors elles se remettent à recruter. Les métiers de commerciaux sont toujours les plus recherchés par les entreprises. Aussi bien en btob qu’en btoc, grands comptes ou PME. »

regionjob-emploi

« Ce qui compte c’est l’envie »

3 questions à Liselotte Huguenin-Bergenat,

Directrice des Ressources Humaines RégionsJob

Combien de postes sont à pourvoir chez RégionsJob en 2016 ?

Nous ouvrons 12 à 15 postes cette année pour renforcer les équipes techniques et commerciales. Nous recherchons une dizaine de nouveaux développeurs, des commerciaux, des spécialistes référencement SEO et des data scientist, des spécialistes des données informatiques.

Quels sont vos critères de recrutement ?

Ce que l’on veut avant tout en entretien d’embauche, c’est se connaître mutuellement. Et être très honnête. Pour que, dans le cas d’un recrutement, la personne n’ait pas de surprise dans son poste ensuite. Ce qui importe en priorité c’est l’envie, la personnalité du candidat et son parcours. Les diplômes et formations ne sont pas des critères décisifs. Nous sommes très attentifs également à la curiosité et à l’esprit optimiste du candidat ainsi qu’à son sens du service, que ce soit en interne auprès de ses collègues ou à l’extérieur avec les clients ou partenaires. Dans un secteur, le web, où tout va très vite, nous devons à tout prix rester dynamique, en veille, curieux. L’humilité est également une qualité que nous recherchons. Il n’y a pas de place pour des questions d’égo ici.

Quels sont les principes fondamentaux de votre management ?

Nous travaillons beaucoup sur l’autonomie, la confiance et la transparence vis-à-vis de nos équipes. Le but étant de responsabiliser les uns et les autres au maximum. Pour cela, nous misons sur l’information et la formation. L’information de l’ensemble des collaborateurs sur ce qui se passe dans l’entreprise, les projets, les résultats, la stratégie, est un axe primordial de notre management. Pour fidéliser nos collaborateurs et leur permettre de se projeter à moyen ou long terme, RégionsJob axe son développement sur l’innovation permanente, ce qui permet de renouveler sans cesse les métiers et les missions. D’ailleurs, être installé à Rennes est une force. Cela participe également à créer équilibre de vie.

regionjob-bretagne

RégionsJob en résumé

Fondé par Jérôme Armbruster, Guillaume Semblat et Gwenaëlle Quénaon-Hervé en 2000, RégionsJob est devenu en moins de 15 ans la référence nationale du recrutement en ligne. Si le siège national reste à Rennes, RégionsJob couvre l’ensemble du territoire avec des agences régionales à Nantes, Brest, Bordeaux, Toulouse, Marseille, Lyon, Strasbourg, Lille et Paris. Ensemble, OuestJob, NordJob, ParisJob, CentreJob, EstJob, PacaJob, RhôneAlpesJob et SudOuestJob possèdent un vivier de quelque 3,5 millions de candidats et plus de 8.000 entreprises clientes. De la TPE à la très grande entreprise du CAC 40 en passant par la PME.

Après une forte croissance de 2000 à 2012, RégionsJob se stabilise aujourd’hui. Sa stratégie axée sur l’innovation, les services et le développement de nouveaux outils permet à RégionsJob de se renouveler sans cesse au profit du marché de l’emploi. En 2016, RégionsJob lance son incubateur de start-up liées à l’emploi, aux ressources humaines et à la formation. L’entreprise réalise 27 M€ de chiffre d’affaires et emploie 166 personnes.

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>